Burn-out parental (maternel) : solution pour s’en sortir

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Dans cet article, vous allez découvrir comment surmonter un burn-out parental. L’amour d’une maman est inconditionnel. Toutefois, et sans que cela ne remette en question l’amour porté à ses enfants, il est possible de se sentir débordée par la charge de la parentalité.

Cela peut aller jusqu’au burn-out. Une grande fatigue est alors ressentie, avec une baisse de l’estime de soi, de l’irritabilité et de l’agacement. Il est urgent d’agir face à ces symptômes pour stopper la dépression parentale.

Burn-out parental (maternel) : solution pour s'en sortir

Épuisement parental, comment s’en sortir

Le burn-out parental est une forme d’épuisement psychologique et physique.

Il nait souvent de la pression que la mère se met sur les épaules, à cause des images de perfection que la société lui envoie, laissant à penser que ce modèle de mère parfaite sur tous les plans soit réaliste et même plus que cela : la norme.

Seulement, face au bouleversement que la parentalité amène à son quotidien, et à force de s’imposer un rythme soutenu et des exigences pour l’éducation des enfants, mais aussi pour la tenue de la maison, pour le travail, pour sa vie de couple…

La fatigue se fait sentir, les échecs surviennent, l’estime de soi baisse et la dépression parentale peut survenir.

Il faut savoir raison garder et se rappeler que la perfection n’existe pas. Relâcher régulièrement la pression, en dédramatisant certains actes, en laissant plus d’autonomie à ses enfants, en étant tolérant envers sa famille et soi-même est important pour éviter de subir jusqu’au burn-out.

Il est aussi très profitable de retrouver des instants à soi. Les enfants passent en priorité, mais il ne faut pas pour autant s’oublier. Prendre du temps pour soi est toujours bénéfique, pour se ressourcer, recharger ses batteries.

Si possible, déléguer quelques tâches aide beaucoup, par exemple en faisant appel à une nounou. Ces moments à soi peuvent prendre plusieurs formes, selon ses centres d’intérêt et ses besoins, mais toujours en se faisant plaisir : rituel beauté, pratique d’un sport, sortie culturelle, shopping…

Solution : souffler pour mieux lutter contre la fatigue maternelle

Souffler s’entend ici au sens propre et au figuré. Car outre la pause accordée à soi-même pour se détendre et se régénérer, il est recommandé de prendre le temps de respirer, de se concentrer sur son souffle.

Car la respiration joue un rôle majeur dans la survenance d’un burn-out maternel. Être aussi à cran, fatiguée et irritable induit que la respiration s’est déréglée et que le diaphragme est bloqué. Ce dérèglement entrave la bonne circulation des flux d’air et d’énergie.

L’organisme ne trouve pas les ressources suffisantes pour se protéger contre la survenance de divers maux. Un cercle vicieux s’engage. La fatigue entraine le dérèglement de la respiration, et le souffle déréglé favorise le burn-out parental.

En s’efforçant de mieux respirer, les tensions peuvent être rapidement apaisées. Le diaphragme se débloque, les flux d’air et d’énergie repassent à leur niveau optimal. Normaliser son souffle est à la portée de toutes les mamans, avec l’aide d’un coach en respiration.

Ce professionnel propose des exercices simples et adaptés pour libérer rapidement le diaphragme, normaliser le souffle et sortir du burn-out parental rapidement.

Pratiques, les exercices peuvent être réalisés à distance et à tout moment, lorsque la fatigue et la tension deviennent critiques mais aussi en prévention.


Lisez aussi:

Burn-out familial et épuisement maternel : comment s’en sortir ?

Comment se remettre d’un épuisement professionnel avec du repos?